fbpx

Femmes enceintes : huiles essentielles, végétales, eaux florales, que pouvez-vous utiliser ?

© Tolikoff Photography / www.shutterstock.com

Au cours de la grossesse et/ou de l’allaitement, de nombreux produits, qu’ils soient naturels ou conventionnels, sont déconseillés voire totalement proscrits. Afin de mieux vous y retrouver et ne pas commettre d’impairs au cours des mois à venir, il vous suffit de suivre quelques règles de base : huiles essentielles, huiles végétales, hydrolats, vous saurez tout ce qu’il faut savoir et pourrez vivre une grossesse sereine, sans danger et surtout, naturelle !

Grossesse, allaitement et huiles essentielles

On ne vous le répètera sans doute jamais assez : soyez très prudente avec les huiles essentielles ! Pour éviter tout risque, il est fortement recommandé de ne pas les utiliser au cours des 3 premiers mois de la grossesse. A partir du 4ème mois, certaines d’entre elles peuvent cependant être réintroduites dans votre routine beauté, uniquement par voie cutanée et à condition de respecter un dosage maximum de 3% d’huile essentielle dans le produit fini (pour 100ml, comptez 3ml d’HE). Parmi les plus sûres, vous trouverez notamment la lavande vraie, le petit grain bigarade, la mandarine, l’orange douce, le citron, le pamplemousse, le ravintsara, le néroli, l’ylang-ylang et la camomille noble. Et si vous avez un doute, vérifiez les étiquettes et évitez les HE réputées « abortives », oestrogène-like et cétonées, telles que la lavande aspic, la menthe poivrée, le palmarosa, le niaouli ou la sauge sclarée.

Pour en savoir plus sur les dangers et mises en garde relatives à l’utilisation des huiles essentielles, c’est par ici !

Hydrolats et eaux florales : alliés beauté et santé

Bien qu’ils soient issus du processus de fabrication des huiles essentielles, les hydrolats et eaux florales sont, contrairement aux HE, totalement inoffensifs pour les femmes enceintes et allaitantes, à condition d’être utilisés en voie cutanée uniquement ! Très doux, ils remplacent idéalement les huiles essentielles déconseillées tout au long de la grossesse, ainsi qu’au cours de l’allaitement et pendant les premières années de vie de votre enfant. Parfaits pour vous démaquiller, vous rafraîchir le visage et/ou contrer les boutons indésirables, les hydrolats sont des ingrédients cosmétiques de premier choix pour vivre une grossesse sereine et agrémenter un lait corporel maison. L’hydrolat de menthe poivrée, par exemple, vaporisé en brume fraîche, soulage efficacement les jambes lourdes et dissipe les nausées grâce à sa fraîcheur.

Les huiles végétales : indispensables du début à la fin

Excellentes bases de soin ou de massage, les huiles végétales ne présentent pas de risques non plus, que ce soit au cours de la grossesse ou pendant l’allaitement. Evitez cependant d’utiliser celles qui contiennent beaucoup de provitamine A, néfaste pour le foetus (argousier, buriti, karanja…), et préférez les huiles plus douces, idéales pour préserver l’hydratation et l’élasticité de votre peau. Parmi elles, l’amande douce et le beurre de karité brut (qui est en réalité une huile) en prévention des vergetures, la calophylle et l’arnica pour lutter contre les jambes lourdes et les courbatures, l’huile de nigelle (coupée à moitié de jojoba ou de macadamia) contre les boutons ou l’acné, la rose musquée à appliquer sur le mamelon pour éviter les crevasses, ou encore l’huile de noyaux d’abricot, de jojoba, d’argan et de coco pour le visage ou le corps.

Tags: / / / / / / / / / / / / / / /