fbpx

Végétarien, végétalien, vegan, flexitarien : on fait le point !

© Foxys Forest Manufacture_Shutterstock

Aujourd’hui, de plus en plus de personnes choisissent de se tourner vers un régime alimentaire végétalisé, et ce, pour de diverses raisons. En soutien à la cause animale, pour être en meilleure santé ou par souci d’écologie… Il faut dire que les motivations ne manquent pas. Seulement voilà, quand on décide de se lancer, pas toujours facile de s’y retrouver… Végétarien, végétalien, vegan, flexitarien : il est temps de faire le point !

Le végétarisme

Pratique alimentaire remontant à la Grèce Antique, le végétarisme consiste à exclure la viande (rouge et blanche) de son alimentation.

Un vrai végétarien ne mange donc aucun produit carné, poissons et fruits de mer compris, contrairement aux idées reçues.

De ce fait, une prise de vitamine B12 est conseillée pour éviter les carences.

En revanche, le végétarisme n’exclut pas les produits issus des animaux, comme les produits laitiers, les oeufs ou le miel.

On peut toutefois distinguer quelques nuances et obtenir des sortes de sous-catégories…

Le lacto-ovo-végétarisme

Pas de viande mais du lait ou des œufs.

Le lacto-végétarisme

Pas de viande ni d’œufs, mais des produits laitiers.

Le semi-végétarisme

Pas de viande rouge, mais du poisson et/ou de la volaille.

Le pescétarisme

Pas de viande mais du poisson et des fruits de mer.

Autant de variantes qui visent à diminuer, voire supprimer, la consommation de produits d’origine animale, mais qui ne sont pas pour autant à confondre avec le végétarisme pur.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Vimergy (@vimergy) le

Le végétalisme

Parfois surnommé « végétarisme strict », le végétalisme est effectivement plus restrictif.

Tout comme les végétariens, les végétaliens ne consomment ni viande rouge, ni viande blanche, ni poissons ou fruits de mer.

Ils excluent également tout aliment qui provient d’un animal : produits laitiers, œufs et miel sont donc proscrits.

Ici, la supplémentation en vitamine B12 est primordiale, celle-ci ne se trouvant que dans les produits d’origine animale.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Veggie (@leveggiestore) le

Le veganisme

D’origine anglo-saxonne, le terme « vegan » est souvent traduit en français par végétalien.

Or, ça n’est pas tout à fait vrai ! Si les vegans ont le même régime alimentaire que les végétaliens, le veganisme correspond par ailleurs à un véritable mode de vie.

En effet, être vegan signifie ne consommer aucun produit d’origine animale, que ce soit dans l’assiette ou dans la vie de tous les jours :

Exit donc les chaussures en cuir, les pulls en laine d’alpaga ou les doudounes emplies de plumes d’oies.

Pour faire simple, le veganisme est basé sur le refus total de l’exploitation animale. Et parfois, celle-ci peut se dissimuler n’importe où, jusque dans les cosmétiques à base de cire d’abeille ou dans les yaourts à la fraise, colorés grâce à des cochenilles écrasées.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Vegan Community Nederland 🌱🍀 (@vegancommunitynl) le

Le flexitarisme

À ne pas confondre avec le semi-végétarisme, évoqué plus haut, le flexitarisme concerne deux types de personnes :

– Celles qui ont adopté un régime végétarien la grande majorité du temps mais qui s’autorisent des écarts de temps en temps, en mangeant de la viande ou du poisson lors d’un repas en famille, ou d’une sortie entre amis par exemple.

– Celles qui sont dans une phase de transition entre une alimentation omnivore et une alimentation végétarienne ou végétalienne. S’accorder quelques repas à base de produits carnés peut effectivement faciliter le changement de régime alimentaire.

Maintenant que vous savez tout, libre à vous de choisir d’adapter votre alimentation ou votre mode de vie à vos convictions !

Tags: / / / / /