fbpx

ASMR : tout savoir sur cette méthode de relaxation

© ComicSans_shutterstock

Si vous avez l’habitude de flâner sur YouTube, vous n’êtes très certainement pas passée à côté de la tendance ASMR. Une technique reposant sur les sons mais aussi le visuel, qui cartonne sur la plateforme vidéo depuis quelques années. Si certains ne jurent plus que par cette méthode de relaxation, d’autres la tournent volontiers en dérision. Zoom sur un concept tantôt apprécié, tantôt décrié…

Définition et origine de l’ASMR

Aussi surprenant que cela puisse paraître, cette technique de relaxation a toujours existé. Acronyme pour « Autonomous Sensory Meridian Response » – ou « Réponse Automatique des Méridiens Sensoriels », l’ASMR est en réalité une sensation que l’on peut expérimenter au quotidien sans forcément regarder ou écouter de vidéos.

Par exemple : en écoutant le bruit de la pluie tombant sur le toit, en tournant les pages d’un livre ou encore en entendant quelqu’un chuchoter.

Le but des ASMRtists, comme on les appelle, est donc de reproduire ces sons afin de déclencher votre ASMR.

Ces fameux « tingles », que l’on pourrait traduire par frissons ou picotements, qui, en vous parcourant le corps, vous plongent dans un état de détente absolue.

Apparue aux États-Unis puis en Angleterre dans les années 2008-2010, la méthode s’est aujourd’hui démocratisée dans le monde entier. De quoi offrir un contenu de plus en plus varié aux fans du genre.

Comment ça marche ?

L’ASMR fonctionne principalement par le biais des sons, mais aussi des images. Des « triggers » (ou déclencheurs), qui vont provoquer une réaction physique et procurer une sensation immédiate de calme et d’apaisement.

Parmi les triggers sonores les plus courants, on trouve notamment le brushing ou le tapping :

Si le premier ressemble à s’y méprendre au bruit des vagues ou à celui du vent, le second reproduit parfaitement le son de la pluie sur les fenêtres.

Du côté des triggers visuels :

Le simple fait d’observer le mouvement des mains sur un quelconque support peut suffire.

Avoir en face de soi un visage doux et souriant favorise également le lâcher-prise, nécessaire pour profiter pleinement d’une vidéo ASMR.

Des réactions certes inconscientes, mais qui trouvent très certainement leur origine dans les souvenirs d’enfance. Un bruit particulier, un chuchotement au creux de l’oreille ou un geste doux de la main peuvent nous renvoyer directement à nos plus jeunes années.

Les bienfaits de l’ASMR

Bien que la méthode n’ait encore jamais été expliquée de manière scientifique, l’ASMR semble bel et bien aider beaucoup de personnes :

– La plupart des adeptes l’utilisent en effet pour lutter contre l’insomnie ou retrouver un sommeil plus paisible.

– D’autres y ont recours pour décompresser en milieu de journée et évacuer le stress accumulé.

– Enfin, certains l’apprécient pour se concentrer et travailler sans se laisser distraire par un élément extérieur.

Toutefois, l’ASMR n’est pas une méthode universelle. Là où quelqu’un va adorer écouter des bruits de bouche, une autre personne va détester. Tout dépend de la sensibilité de chacun, mais surtout de ses souvenirs lointains.

Tout le monde ne peut donc pas apprécier l’ASMR, de la même manière que tout le monde n’aime pas forcément se faire masser ou méditer. Pour autant, cette méthode n’est pas plus mauvaise qu’une autre. Et si elle fonctionne pour vous, c’est bien le principal !

Tags: / / /