fbpx

Bon gras et mauvais gras : comment les distinguer ?

© bitt24_shutterstock

Que ce soit dans le cadre d’un régime amincissant ou rééquilibrant, on entend toujours parler de bon gras et de mauvais gras. L’un étant à privilégier, et l’autre à éviter. Oui mais, comment les distinguer ? Nous allons tout vous expliquer !

Du gras, oui, mais pas n’importe lequel !

S’il est nécessaire d’éliminer certaines graisses de notre alimentation, il n’est pas recommandé de les supprimer totalement !

En effet, notre corps en a besoin pour fonctionner correctement et ce, même dans le cadre d’un régime amincissant…

– Les matières grasses nous fournissent de l’énergie et régulent notre température corporelle.

– Elles favorisent également l’absorption des vitamines A, D, E et K, et donnent de l’éclat à notre teint.

Indispensables au maintien d’une bonne santé physique et mentale, elles peuvent constituer jusqu’à 35% de l’apport énergétique journalier.

Le gras joue donc un rôle très important et doit obligatoirement faire partie de notre alimentation.

Toutefois, tous les gras ne se valent pas, et ne peuvent pas être consommés de la même manière. C’est ce que nous allons voir aujourd’hui !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Java Pit Smokers (@javapitsmokers) le

Bon gras, mauvais gras : il faut choisir

Dans l’alimentation, il existe 4 types de gras différents, répartis en deux familles distinctes :

Les bons :

– gras mono-insaturés
– gras poly-insaturés

Les mauvais :

– gras saturés
– gras trans

Les bons gras

Bien qu’il faille les consommer avec modération, les acides gras mono et poly-insaturés sont ceux qu’il faut privilégier pour rester en bonne santé.

Ils diminuent les risques de maladies cardio-vasculaire et favorisent la production de bon cholestérol.

Comment les reconnaitre ? Ils portent les noms d’Omega 3 et Omega 6 pour les poly-insaturés, et d’Omega 9 pour les mono-insaturés.

Les Omega 9 :

Ils se trouvent généralement dans l’huile d’olive ainsi que dans les arachides et l’avocat, qu’il s’agisse de sa chair ou de son huile végétale.

Les Omega 3 et 6 :

Ils sont quant à eux présents dans les huiles de lin, de chanvre, de soja, de tournesol et de maïs, ainsi que dans tous les poissons gras (saumon, sardines, etc.).

Pour bien faire, il faudrait consommer en moyenne 3 c. à s. par jour, au choix parmi les huiles et aliments ci-dessus. Pas plus, pas moins.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Avocado Products (@avocado.friend) le

Les mauvais gras

Passons maintenant aux choses qui fâchent : les gras mauvais pour la santé, mais délicieux pour le palais…

On trouve principalement les gras saturés dans les graisses d’origine animale, à savoir :

– les viandes grasses (bœuf, veau, porc et agneau)
– la charcuterie
– les produits laitiers

Des produits à consommer avec modération et, si possible, occasionnellement.

Là où ça devient plus compliqué, c’est que les gras saturés sont aussi majoritairement présents dans… l’huile de palme. Sachant que cette dernière s’utilise dans presque tous les produits industriels et transformés, il est impossible de ne pas en consommer dès lors qu’on ne cuisine pas maison.

Les gras trans, eux, sont présents dans :

– tous les produits frits, issus de la restauration rapide
– les viennoiseries

Outre le fait qu’ils soient très mauvais pour la santé, les gras saturés et trans sont également responsables en partie de la prise de poids. Il n’en faut pas moins pour nous donner envie de tout arrêter !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Anita (@anhuku) le

Vous l’aurez compris, afin d’équilibrer la balance, il est préférable de manger des produits sains, frais et faits maison. Pour le reste, cela doit rester ponctuel. On a quand même le droit de se faire plaisir de temps en temps…

Tags: / /