fbpx

Le Sel est-il bon ou mauvais pour la santé ?

© Melica / shutterstock.com

Permettant la reminéralisation du corps, le sel prévient également les problèmes de thyroïde et favorise la synthèse des protéines. Indispensable au bon fonctionnement de notre corps, il peut cependant devenir notre pire ennemi… Consommé à outrance, il provoque en effet de l’hypertension artérielle, augmente le risque d’AVC et serait même en cause dans le développement de l’ostéoporose. Afin de préserver votre santé, on vous dit tout ce qu’il y a à savoir sur le sel, ses bienfaits, ses méfaits et surtout, où le trouver et en quelle quantité le consommer !

Pourquoi le sel est-il indispensable à notre organisme ?

Principalement source de sodium, le sel de mer est indispensable à l’organisme. C’est notamment grâce à lui que notre corps peut maintenir un certain niveau d’hydratation. Mais ce n’est pas tout !

Contenant de nombreux oligo-éléments tels que le calcium, le cuivre, le fer, le magnésium, le manganèse ou encore le potassium, il assure la transmission des signaux nerveux, la contraction des muscles ainsi que le bon fonctionnement des reins.

Il prévient également les problèmes de thyroïde, permet d’éviter les spasmes musculaires, favorise la synthèse des protéines et participe à la gestion de l’humeur.

Des bienfaits qui malheureusement s’envolent dès lors qu’on en consomme en trop grande quantité…

Les méfaits du sel sur la santé

Depuis plusieurs années, on vous répète en boucle de ne pas manger trop gras, trop sucré ou trop salé. Et pour cause ! Alors que l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé) conseille de ne pas dépasser 4 à 5 grammes de sel par jour, soit une cuillère à café grand maximum, la moyenne française est de 8,7g chez les hommes et 6,7g chez les femmes.

Un apport quotidien bien trop élevé qu’il est urgent de limiter, même si vous n’avez aucun problème de santé particulier.

À trop manger salé, vous risquez effectivement d’affaiblir votre système cardiovasculaire et de développer des pathologies telles que l’hypertension artérielle, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et d’autres maladies coronariennes comme l’insuffisance cardiaque. À long terme, il est également la cause de problèmes rénaux, de rétention d’eau, de risque d’obésité et de fragilité des os, pouvant favoriser le développement de l’ostéoporose.

Comment limiter le sel

Même sans être une accro de la salière, vous pouvez très facilement dépasser l’apport quotidien recommandé.

Très (trop) largement utilisé par l’industrie agro-alimentaire, le sel se retrouve en effet dans de nombreux produits très courants. Pain et autres produits céréaliers (biscottes, céréales, pâtisseries), charcuterie, chips et biscuits apéritifs, plats préparés, sauces, soupes et condiments industriels, ou encore fromage : il est littéralement partout ! En effet, excellent conservateur, bon marché et permettant de conserver l’eau des produits – et donc d’augmenter leur poids, il est le chouchou des industriels.

Pas facile, donc, de l’éviter quand il faut même se méfier des produits où on pensait ne pas en trouver. Le meilleur moyen de contrôler votre consommation est donc de cuisiner maison, avec des produits frais, sains et de saison. Et bien entendu, de ne pas trop en abuser quand il s’agit d’assaisonner vos plats.

Sachez également qu’il vaut mieux éviter de saler trop généreusement l’eau de cuisson.

Veillez enfin à utiliser du “vrai” sel marin (de Guérande par exemple), et pas du sel de table – ou sel blanc, dépourvu de la plupart de ses bienfaits.

Tags: / / / / / /