Phénoxyéthanol : un conservateur à bannir de nos cosmétiques !

© science photo / shutterstock.com

Ces derniers temps, de nombreux produits controversés, présents dans la plupart des cosmétiques conventionnels, ont été pointés du doigt. Parmi eux, le phénoxyéthanol, un composant chimique faisant partie de la famille des éthers de glycol, directement issu de la distillation du pétrole. Oui, comme l’essence ou le plastique… Un produit charmant, donc, qu’on retrouve dans beaucoup de produits de maquillage et d’hygiène, ainsi que dans des soins pour bébé ou encore des vaccins…

Le phénoxyéthanol, un produit trop souvent utilisé

Largement employé dans le domaine de la cosmétique en tant que conservateur antibactérien et antimicrobien, le phénoxyéthanol a pour mission d’empêcher le développement des micro-organismes tels que les bactéries dans les produits de beauté et d’hygiène. Jusqu’ici, rien d’anormal, une bonne conservation étant indispensable.

Le problème, c’est qu’il n’est pas très bon pour la santé. Ce qui devient très préoccupant quand on sait qu’il entre notamment dans la composition de produits sans rinçage. Des produits qui restent donc sur la peau et ont le temps de traverser la barrière cutanée. A l’instar des lingettes démaquillantes, crèmes antirides, laits corporels ou lingettes pour bébés qui semblent particulièrement concernés.

De réels risques pour la santé des petits et des grands

Selon plusieurs études menées entre autres par l’Agence Nationale de la Sécurité du Médicament (ANSM), les éthers de glycol, dont le phénoxyéthanol fait partie, ont des effets néfastes sur la santé : parmi eux, des problèmes de stérilité, des irrégularités du cycle menstruel, des avortements spontanés ou encore des malformations congénitales.

Ne faisant pas exception à la règle, le phénoxyéthanol a donc un haut potentiel toxique pour l’Homme, et plus particulièrement pour les enfants de 0 à 3 ans. Néfaste pour le foie et pour le sang, à différents niveaux selon l’âge et l’état de santé de l’individu, la substance est également fortement allergisante. De ce fait, elle peut être à l’origine de crises d’urticaire ou encore d’eczéma.

Toujours peu réjouissant, le phénoxyéthanol comporte des risques de cancers, d’infertilité masculine et de dangers neurotoxiques pour le foetus, pouvant impliquer des troubles neurologiques à la naissance. Il est donc primordial pour vous et vos enfants de lui faire la chasse et de tourner le dos à tous les produits qui en contiennent.

Comment l’éviter dans nos cosmétiques ?

Bien que l’ANSM ait demandé à ce que le taux de phénoxyéthanol soit réduit à 0,4% (contre le 1% réglementaire) dans les produits pour enfants de 0 à 3 ans, rien n’oblige actuellement les fabricants à le supprimer complètement de leurs composants. Très bon marché, il a donc encore un bel avenir devant lui, et tant pis pour les consommateurs !

La seule solution qui s’offre à vous est donc de le bannir vous-même de vos cosmétiques, en vous tournant vers des produits labellisés bio (où le phénoxyéthanol y est interdit) et/ou 100% d’origine naturelle, ou encore en épluchant toutes les étiquettes et listes d’ingrédients INCI. Pour le reconnaître et l’éviter à tous les coups, sachez qu’il se cache sous différents noms : phénoxyéthanol, phénoxytol et EGPhE.

Autre moyen de contrôler totalement la composition de vos cosmétiques, ou des produits de soin pour vos enfants : le fait maison ! En réalisant toutes vos recettes, même très basiques, vous subviendrez aux besoins de votre famille tout en maîtrisant les ingrédients utilisés. Ainsi, plus besoin de vous en faire pour votre santé !

Tags: / / / / / / / / /