fbpx

Zoom sur la chirurgie reconstructrice

La chirurgie reconstructrice est un acte chirurgical visant à réparer les déformations de l’apparence du corps. Il est possible d’y avoir recours lorsque le corps subit des séquelles à la suite d’un événement tel qu’un accident ou un traumatisme ou en cas de handicap physique tel qu’une malformation congénitale. Ce type d’intervention est de plus en plus fréquent. Mais avant de se lancer, il est important de bien s’informer sur le sujet.

Qu’est-ce que la chirurgie reconstructrice ?

La chirurgie reconstructrice ou réparatrice fait partie de la famille des chirurgies plastiques. Elle a notamment été utilisée après la Première Guerre mondiale sur les soldats de retour du front. Elle a permis de réparer l’apparence des grands blessés.

Son but est de reconstruire et d’améliorer l’apparence du corps après une chirurgie, une malformation congénitale ou encore un accident. Ce type d’acte est pris en charge par la Sécurité sociale et doit être réalisé par des professionnels en la matière, comme www.chirurgie.paris, cabinet dédié à la chirurgie esthétique, plastique et reconstructrice et à la médecine esthétique.

La chirurgie réparatrice peut être utilisée sur toutes les parties du corps, à partir de la tête jusqu’aux membres, en passant par le tronc.

Elle contribue à restaurer l’estime de soi et le bien-être psychique. Dans certains cas, il s’agit aussi d’une procédure vitale et urgente, en cas de brûlures profondes ou d’accident pouvant compromettre la vie de la personne par exemple.

Pourquoi recourir à la chirurgie reconstructrice ?

La chirurgie reconstructrice permet de réparer l’apparence du visage et du corps. Elle a pour but de permettre à la personne concernée de se reconstruire physiquement, mais aussi moralement suite à un traumatisme (brûlure, morsure, accident…).

Elle est également employée pour restaurer un corps abîmé après un acte chirurgical, comme la pose d’une prothèse mammaire, ou encore une ablation du sein. Elle peut également être utilisée pour corriger une malformation, comme une poitrine trop importante ou un bec-de-lièvre chez l’enfant.

La chirurgie reconstructrice pour la reconstruction du sein

Certaines femmes doivent subir une ablation du sein, également appelée mastectomie, à la suite d’un cancer du sein ou pour prévenir ce dernier. La chirurgie réparatrice permet de reconstruire le sein après une mastectomie. L’intervention est réalisée entre 2 à 6 mois après celle-ci en général.

Le chirurgien peut alors utiliser différentes techniques. Il peut notamment utiliser des implants en silicone, comme dans le cas d’une augmentation mammaire. Il peut également utiliser des tissus provenant d’autres parties du corps. Pour un résultat plus esthétique, et s’il n’a pas été possible de les conserver, il peut également être envisagé de créer un mamelon et une auréole, avec des techniques comme le tatouage 3D.

La chirurgie maxillo-faciale

Chez l’adulte, il n’est pas rare d’avoir recours à la chirurgie reconstructrice pour réparer les lésions sur les os du crâne, du visage ou du cou. Elles sont souvent liées à un accident de la route, mais peuvent aussi avoir été engendrées par une maladie de naissance ou encore une tumeur.

La chirurgie réparatrice peut aussi être utilisée dans ce cadre suite à une brûlure ou un cancer de la peau, ayant entraîné des lésions. Le but est d’alors de réduire les cicatrices causées.

Chez les bébés, la chirurgie maxillo-faciale doit être envisagée au plus tôt pour obtenir de meilleurs résultats. Cela permet également d’éviter des problèmes tels qu’un retard de développement (retard de langue, perte de poids…). Elle est notamment utilisée en cas de malformations congénitales telles que la fente labiale du palais ou du nez.

La brûlure

Les brûlures profondes peuvent affecter les muscles et les articulations. La chirurgie s’avère alors essentielle pour préserver la fonction et la capacité de mouvement de la partie touchée. L’intervention permettra également de réduire la cicatrice résultant de la brûlure.

Elle joue ainsi un rôle important pour la préservation de l’estime de soi. Différentes techniques peuvent être utilisées comme la greffe de la peau, la microchirurgie, l’expansion tissulaire ou encore le lambeau libre.

Chirurgie reconstructrice : comment choisir son chirurgien ?

En France, il est avant tout essentiel de choisir un chirurgien reconnu par l’Ordre National des Médecins Français, doté notamment d’une spécialité en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.

Dans le cadre d’une chirurgie maxillo-faciale, il sera important de veiller à ce que le chirurgien soit enregistré auprès de la SFSCMFCO, ou Société Française de Stomatologie Chirurgie Maxillo-faciale & Chirurgie Orale.

Pour vous confronter dans votre décision, il ne faut pas hésiter à faire des recherches sur le sujet et sur le chirurgien, à consulter l’avis de ses anciens patients, à voir des images avant et après, etc. Il ne faut pas non plus hésiter à consulter plusieurs chirurgiens pour trouver celui qui saura vous mettre en confiance, mais aussi pour obtenir différents avis et conseils.

Le déroulement d’une chirurgie reconstructrice

Au cours de la première consultation, le professionnel établira votre historique médical et réalisera un examen physique pour savoir si vous pouvez être candidat à ce type de procédure. Il échangera également avec vous sur vos attentes, les risques et les complications possibles, pour que vous ayez toutes les informations en main avant de vous lancer.

Le chirurgien définira également la stratégie adaptée à votre cas, vous expliquera les modalités de l’opération, ainsi que les mesures à prendre avant l’opération. Un arrêt du tabac un mois avant et un mois après l’opération sera notamment nécessaire.

Une consultation avec l’anesthésiste est également à prévoir 1 à 2 semaines avant l’opération pour vous informer des modalités de prise en charge et de la douleur après l’intervention.

La chirurgie se déroule en clinique, au bloc opératoire. Le mode d’hospitalisation et la durée de l’opération dépendent de la complexité du cas. Pour les cas les moins graves, l’intervention se déroule sous anesthésie locale et peut durer moins d’une heure. Le patient peut rentrer chez lui le jour même.

Dans des cas plus graves, l’opération peut durer plusieurs heures et nécessiter plusieurs jours d’hospitalisation. Vous êtes alors admis à la clinique la veille et pourrez rentrer lorsque votre état vous le permet.

Les suites de la chirurgie reconstructrice dépendent également du type de cas. En général, le chirurgien vous remettra des ordonnances pour des pansements et des consignes post-opératoires. Un premier contrôle est généralement réalisé quelques semaines après l’intervention.