fbpx

Lissage : quelle technique choisir ?

© shutterstock.com

Si nous aimons nos boucles joliment dessinées après une baignade estivale dans la mer, nous apprécions nettement moins nos petits frisottis qui peuvent nous gâcher la journée, une fois de retour à la ville. La solution la plus simple reste alors le lissage de nos cheveux, pour remettre un peu d’ordre dans tout cela ! Mais difficile de s’y retrouver lorsque l’on sait qu’il existe presque autant de techniques de lissage que de types de cheveux. Pas de panique, nous faisons le point pour vous…

Le lissage permanent

Peut-être faites-vous partie de ces femmes fatiguées de devoir se battre contre leur nature capillaire rebelle, et qui souhaitent opter pour le lissage. Si oui, vous avez l’embarras du choix :

Le lissage brésilien

Il s’agit sûrement de la méthode la plus douce et celle qui jouit de la meilleure réputation. Il faut dire que celle-ci se rapproche davantage d’un soin capillaire à base de produit naturel, que d’une « opération de transformation ». La kératine appliquée sur les cheveux lors du lissage brésilien a le pouvoir de les nourrir en profondeur et de les rendre plus brillants. Si ce type de lissage ne les rend pas complètement raides, il discipline les cheveux et réduit les frisottis, pour un effet lissant des plus naturels, qui peut durer jusqu’à 6 mois.

Le lissage coréen ou japonais

Vous souhaitez avoir des cheveux ultra-raides comme les Japonaises ? Adoptez le lissage japonais, souvent qualifié de « lissage baguettes », qui s’obtient en enduisant chaque mèche d’un puissant produit lissant comme la protéine de soie. Le résultat est radical, même sur cheveux crépus, et subsiste de 3 à 6 mois. Le lissage coréen, est un savant mélange entre le lissage brésilien, avec lequel il partage l’effet « soin » et le lissage japonais.

Le Luxter

Autre méthode de lissage, plus récente cette fois, celle du Luxter, qui agit en fixant du collagène végétal sur les cheveux. Ce procédé permet d’assouplir ces derniers et de les rendre plus lisses, tout en conservant leur volume, contrairement au lissage japonais. Attention cependant, le Luxter n’est d’aucune efficacité sur les cheveux abîmés…

Le kit maison

Économique, le lissage maison peut être une alternative séduisante. Mais n’est pas coiffeur qui veut ! Avant de tenter l’expérience, mieux vaut être au fait des inconvénients de cette méthode risquée : tout d’abord, le produit peut être difficile à appliquer correctement sur notre chevelure, surtout si nous sommes seules à effectuer l’opération. Puis, certains kits vendus sur internet, à la provenance mystérieuse, peuvent contenir des substances dangereuses pour la santé, comme du formol dont le taux peut être bien supérieur à celui autorisé…

Le lissage temporaire

Pour celles qui auraient envie d’alterner cheveux bouclés et lisses, le lissage temporaire est la solution la plus adaptée. Les lisseurs électriques permettent d’obtenir un résultat très satisfaisant, et ce, plutôt rapidement. Mais l’opération est à répéter à chaque lavage, ce qui peut, à force, abîmer les cheveux. Pour limiter les dégâts, il est conseillé d’utiliser plutôt des plaques en céramique, et surtout de toujours travailler sur des cheveux parfaitement secs. Les adeptes du sèche-cheveux, sachez qu’il est préférable de ne pas utiliser d’air trop chaud. Opter de préférence pour une brosse à poil de sanglier ou de nylon, et appliquer un produit thermo-protecteur au préalable sur les cheveux.

Enfin, ne négligez pas l’efficacité du « kardoune« , cette méthode traditionnelle algérienne qui consiste à enrouler pour la nuit un long ruban autour des cheveux humides assemblés en queue de cheval. Avec elle, pas de dépense et aucun risque d’abîmer la fibre capillaire !

Vous l’aurez compris, lisser ses cheveux doit être un projet mûrement réfléchi, surtout si l’on compte opter pour un lissage permanent. Coût, risques pour les cheveux, durée de l’opération, résultat attendu… A vous de faire vos calculs et vos choix pour obtenir satisfaction.