fbpx

Vin bio, raisonné ou biodynamique : bien choisir son vin

© Rostislav_Sedlacek / shutterstock.com

Longtemps considérés comme mauvais en goût, les vins bio semblent pourtant attirer davantage l’attention ces dernières années. Se bonifiant avec le temps, ils répondent également à des normes bien plus drastiques et s’avèrent meilleurs pour la santé… Mais entre viticulture raisonnée, biologique ou biodynamique, on ne sait plus à quel vin se vouer ! Afin d’y voir plus clair, voici un petit récapitulatif qui vous aidera sans doute à mieux choisir vos bouteilles…

Les vins bio : meilleurs pour la santé ?

Bien que le vin ait depuis toujours la réputation d’être excellent pour la santé, tant qu’il est consommé avec modération, le vin bio a bien plus de vertus que son homologue conventionnel ! En effet, comme le veut le cahier des charges de l’agriculture biologique, les vignes se doivent d’être cultivées sans produits chimiques ou presque. Des substances qui se retrouvent donc absentes de vos verres, pour le plus grand bonheur de votre organisme.

Au-delà de l’aspect écologique non négligeable, sachez également que les vins bio, quels qu’ils soient, ont tendance à donner moins mal aux cheveux que les vins issus de la viticulture classique. En cause ? Leur taux de sulfites, sels qui empêchent le vin de tourner au vinaigre, près de moitié moins élevé… Contenant en effet entre 30 et 40% moins de sulfites que les cuvées conventionnelles, les vins bio provoquent beaucoup moins de migraines les lendemains de fêtes…

Raisonné, bio ou biodynamique : comment choisir son vin ?

Viticulture raisonnée

Comme son nom l’indique, la viticulture raisonnée consiste à n’utiliser les pesticides et produits chimiques que de manière raisonnée. L’objectif : limiter leur utilisation au maximum afin de préserver la biodiversité. Problème, chaque vigneron place le curseur du « raisonnable » où bon lui semble. Le produit fini, quant à lui, contient autant d’intrants (ajouts tels que l’acide ascorbique, le dioxyde de soufre ou le bisulfite d’ammonium, qui modifient le goût) que les vins conventionnels.

Viticulture biologique

De la culture de la vigne à la mise en bouteille, le vin biologique doit répondre depuis 2012 à un cahier des charges rigoureux. Cultivé sans pesticides, il contient également moins de sulfites et d’intrants que le vin conventionnel. Malgré tout, il affiche un taux global encore trop proche de celui du vin classique (le soufre, par exemple, présent entre 150 à 200mg/l en conventionnel, se situe entre 100 et 150mg/l en bio).

Biodynamie

Ici, la vigne et son écosystème s’équilibrent d’eux-mêmes pour lutter contre les agressions. Seuls quelques engrais 100% naturels sont autorisés. Les raisins récoltés sont donc bien plus sains qu’en viticulture biologique. Lors de la vinification, la biodynamie est également beaucoup plus restrictive sur les intrants autorisés : pour reprendre l’exemple flagrant du soufre, un vin biodynamique n’en contiendra plus que 70 à 90mg/l.

Pour aller plus loin

Bien qu’il n’existe pas encore de certifications, certains viticulteurs se regroupent au sein d’associations telles que l’Association des Vins naturels ou Vins S.A.I.N.S. (comprendre Sans Aucun Intrant Ni Sulfite ajouté), dont les vins affichent des taux d’intrants entre 40 et 0 mg/l. S’imposant des normes encore plus sévères que celles de la biodynamie, ils militent pour le retour d’un vin naturel, dont les saveurs n’auront pas été corrigées chimiquement.

Lire aussi l’article sur les bienfaits du raisin

Tags: