Plantes médicinales : les 6 erreurs les plus courantes

La phytothérapie est une médecine douce qui fait appel aux pouvoirs et aux vertus des plantes. C’est une discipline qui nécessite un minimum de connaissances. En effet, si sur le principe l’usage des plantes est inoffensif, il pourrait devenir dangereux si vous n’y prêtez pas attention… C’est pourquoi il est important de connaître et de parer les erreurs les plus courantes en matière de plantes médicinales.

Erreur n°1 : Acheter des plantes de mauvaise qualité ou non-bio

Une plante médicinale est efficace si elle contient toujours ses éléments vertueux. Ces derniers sont de meilleure qualité et bien plus nombreux dans les plantes fraîchement cueillies, mais voilà, ce n’est pas toujours pratique ou la bonne saison pour aller cueillir soi-même ses plantes médicinales. Alors plutôt que de les acheter sous forme de tisanes pas chères en supermarché ou sans prêter attention à leur provenance, on reste prudent. Vous trouverez des herboristeries dans la plupart des grandes villes de France et le meilleur conseiller en matière de lieux pour acheter vos plantes médicinales reste votre phytothérapeute. Les plantes médicinales doivent être cueillies, séchées et stockées selon une méthode précise afin de conserver pleinement leurs pouvoirs. Il faut donc vous assurer que la personne qui vous les vend s’y prenne correctement. De plus, une plante sans pesticide, et bien, c’est tout simplement meilleur pour la santé. Plus difficiles à laver qu’un simple fruit, les plantes médicinales sont là pour vous soigner et non vous polluer…

Voici quelques astuces pour vérifier la qualité des plantes médicinales :

  • Sentez les plantes – une bonne plante médicinale de bonne qualité est une plante odorante ;
  • Regardez les plantes – préférez les plantes et fleurs entières à la poudre ;
  • Faites attention au contenant – achetez des plantes en vrac plutôt que des plantes en sachet, qui pourraient être là depuis longtemps ;
  • Et la lumière dans tout ça – les plantes médicinales devraient être stockées dans le noir, c’est pour cela que les nombreux pots et tiroirs qui ornent les herboristeries ne sont pas en verre !

Erreur n°2 : Ne pas faire la différence entre les différentes formes

Si vous vous intéressez à l’aromathérapie ou la phytothérapie, vous savez déjà qu’il existe des hydrolats, des huiles essentielles, des décoctions, des infusions etc… Sachez qu’un hydrolat n’est en rien comparable à une huile essentielle. La méthode d’extraction n’est pas du tout la même et chacune d’entre elle vient créer une synergie différente entre les différents principes actifs de la plante, ce qui peut conférer des propriétés bien différentes à plusieurs produits tirés de la même plante.

Erreur n°3 : Mal stocker ses plantes médicinales

Comme nous l’avons souligné, chez votre marchand de plantes médicinales, le stockage des plantes doit s’opérer d’une certaine façon afin que ces dernières conservent tous leurs bienfaits. Vos plantes médicinales doivent être stockées dans des contenants hermétiques et opaques, à l’abri de la lumière.

Erreur n°4 : Confondre principe actif et plante médicinale

Une plante médicinale comporte plusieurs actifs différents, parfois nombreux. C’est sur ce point en particulier que cette médecine diffère de la médecine occidentale, dans laquelle on a plutôt tendance à extraire le principe actif qui nous intéresse pour l’utiliser seul. Utiliser une plante pour un de ses principes actifs alors qu’un autre pourrait ne pas vous convenir est fâcheux. Cet ensemble d’actifs, le « totum », va fonctionner en synergie, c’est-à-dire que c’est l’équilibre formé par tous les actifs présents qui va être efficace et non un seul actif isolé.

Erreur n°5 : Remplacer un médicament

L’utilisation de plantes médicinales relève de la médecine, douce certes, mais médecine quand même. Il est donc fortement déconseillé de remplacer votre traitement prescrit par un médecin par une plante qui pourrait avoir le même principe actif. Rappelons que le suivi par un spécialiste des plantes médicinales, lorsqu’elles sont utilisées dans le cadre du traitement d’une maladie, est indispensable. Substituer le principe actif d’un médicament par une plante, sans avis médical, est donc bien une erreur. Gardez à l’esprit qu’une molécule de synthèse et une molécule naturelle ne sont pas forcément équivalentes.

Erreur n°6 : Négliger le temps d’infusion

Si vous aimez le thé, vous savez déjà que chaque sorte de thé possède un temps d’infusion bien spécifique afin d’en tirer tous les bienfaits et d’éviter une certaine amertume. Eh bien, pour les infusions et tisanes, c’est la même chose. Une infusion devrait infuser au moins 10 minutes afin d’être efficace. C’est en effet le temps qu’il faut pour que les propriétés bénéfiques de la plante se transfèrent dans l’eau. Vous pouvez également couvrir votre tasse le temps que les plantes infusent, cela évitera que les huiles essentielles contenues dans votre infusion ne s’évaporent.