fbpx

J’ai décidé de ne plus m’épiler : la tendance qui revient

© Sofiart / www.shutterstock.com

On pensait l’arrêt de l’épilation réservée aux stars excentriques ou aux hippies à tendance marginale, mais il n’en est rien aujourd’hui. Laisser ses poils pousser naturellement est même en passe de devenir une tendance. Mais loin de n’être qu’un énième effet de mode sans véritable raison d’être, celui-ci est souvent synonyme de remise en question profonde de son mode de vie et de son rapport à la féminité et au corps. Décryptage !

Penser le poil autrement

Lorsqu’à l’occasion de l’avant-première du film Coup de foudre à Notting Hill en 1999, Julia Roberts débarque sur le tapis rouge avec les aisselles poilues, elle fait la une des journaux et provoque des réactions d’étonnement voire de dégoût. Cette scène a eu lieu il y a quinze ans, et pourtant, l’image du poil féminin ne commence que très lentement à évoluer : pour beaucoup encore, leur présence dénote un manque d’hygiène et de soin, et même la présence de mauvaises odeurs. Pourtant, la plupart des femmes qui décident d’arrêter de s’épiler parlent au contraire d’un acte d’amour et de bienveillance envers elles-mêmes, tout le contraire de la négligence !

Vers plus d’acceptation et de douceur

Arrêter de lutter contre la pousse du poil, c’est avant tout arrêter de se battre contre une nature qui revient au galop, et donc contre les élans de son propre corps. Carole Baudry, la blogueuse et conseillère en image qui incarne la Pin-Up Bio sur internet, défend l’arrêt de l’épilation en parlant, entre autres, de retour aux sensations premières. Selon cette star du web, les femmes auraient tendance à minimiser les agressions qu’elles s’infligent quotidiennement pour garder la peau lisse et douce. En effet, force est de constater que l’épilation, particulièrement à la cire, est une véritable torture et qu’elle cause de multiples désagréments comme des irritations, des boutons voire des coupures…

Un coup de frein aux pressions sociales

« Il faut souffrir pour être belle », voilà la phrase qui révulse ces femmes qui ont décidé de ne plus se soumettre aux diktats de la société. Arrêter de s’épiler représente pour elles un acte quasi-militant, une façon de défendre l’égalité entre les femmes et les hommes. Après tout, pourquoi les poils seraient-ils perçus comme sexy chez les hommes et dégoûtants chez les femmes ? Pour faire évoluer les mentalités, certaines sont prêtes à exposer leur choix au plus grand nombre, au risque d’être sévèrement critiquées. Il existe même un Tumblr sur internet créé spécialement pour les filles qui assument leurs jambes au naturel, baptisé le Hairy Legs Club, soit le club des jambes poilues.

S’aimer telle que l’on est avant de chercher à être acceptée par autrui, le combat demande du courage et une bonne dose d’estime de soi !

Des avantages certains

Outre le fait de faire avancer les mentalités, l’arrêt de l’épilation a d’autres vertus : plus besoin de dépenser des fortunes tous les mois chez l’esthéticienne et pour l’achat de pots de cire, cet acte permet dans un premier temps de faire des économies non négligeables. L’autre avantage est de bénéficier à nouveau du rôle protecteur du poil : en effet, il ne faut pas oublier sa raison d’être qui est de faire barrage aux agressions au niveau des zones les plus sensibles de notre corps, comme le pubis, qu’il défend par exemple des irritations. Si ces arguments ne sont pas suffisants à vos yeux, et que vous craignez par dessus tout d’être rejetée par ceux que vous aimez, sachez que vos poils peuvent contre toute attente provoquer l’effet inverse. Ils ont en effet le pouvoir de fixer les phéromones, responsables de l’attirance sexuelle.

Quoiqu’il en soit, s’épiler ou non est un choix qui relève de l’intime, et d’une certaine philosophie de vie que personne ne peut vous obliger à embrasser. Votre corps vous appartient !