fbpx

Jeûne : quels sont les risques et les bénéfices ?

© shutterstock.com

« Bon pour la santé » ou « fausse bonne idée », les avis concernant la pratique du jeûne divergent. Malgré les inquiétudes, de plus en plus de personnes en quête d’équilibre décident d’en faire l’expérience, et pas seulement par obligation religieuse ! Mais si vous hésitez encore à franchir le cap, voici donc pour vous un résumé des bienfaits et des dangers présumés de cette pratique.

Quel type de jeûne pour moi ?

Il n’y a pas un, mais plusieurs types de jeûnes, alors avant de commencer, il convient de s’interroger sur celui qui vous correspond le mieux : Si la plupart des jeûnes s’effectue sur plusieurs jours et de façon ponctuelle, d’autres sont réalisés sur 24h maximum mais de façon répétée.
Ils peuvent être effectués à la fréquence d’une fois par semaine par exemple, ou sur une durée journalière limitée, comme 15 heures par jour. C’est ce qu’on appelle le jeûne intermittent ou le « fasting ». Mais on peut les distinguer aussi par leur niveau de rigueur : dans le plus strict, le jeûne hydrique, aucune forme d’alimentation n’est préconisée, il est seulement possible de consommer de l’eau. Mais les régimes dits « modifiés », eux, offrent une certaine souplesse, puisqu’il y est permis de maintenir une alimentation liquide, composée de jus de fruits ou de soupes. Enfin, selon les résultats escomptés, il vous sera conseillé par votre médecin, de combiner ou non le jeûne avec des exercices physiques réguliers. Mais attention à ne pas trop tirer sur la corde et à bien mesurer les risques !

Les bienfaits présumés du jeûne

Certaines études encensent la pratique du jeûne à laquelle elles reconnaissent de nombreux bienfaits : la privation de nourriture aurait un effet détox sur l’organisme qui verrait son foie, ses intestins ou encore son estomac se régénérer. Une forme de purge qui aurait des conséquences positives sur certaines maladies digestives ou allergies ! Pendant le jeûne, le corps se voit contraint de puiser dans ses réserves caloriques, ce qui permettrait de lutter contre le diabète et les maladies cardio-vasculaires et de tendre vers une perte de poids. Selon les dires de certains grands adeptes, les 24 premières heures de privation seraient très difficiles, mais laisseraient ensuite place à une grande et profonde sérénité, surtout si nous choisissons de combiner le jeûne avec un peu de yoga ou de méditation. Enfin, les coquettes pourraient également y trouver un intérêt esthétique, puisque la peau deviendrait plus saine et plus lisse, grâce à une production de sébum réduite, les cheveux plus résistants et les dents plus blanches.

Quelques précautions à prendre…

Vous vous sentez prête à vous lancer dans l’aventure ? Bravo, mais sachez tout de même éviter quelques pièges : avant toute chose, et ce, quelque soit votre état de santé, demandez toujours l’avis de votre médecin avant d’entamer un jeûne. En effet, une telle rupture avec nos habitudes n’est jamais anodine pour notre corps ni pour notre esprit. Pour y aller en douceur, certains recommandent d’instaurer les privations progressivement, en commençant par les protéines et en poursuivant avec les céréales, puis les fruits et légumes. De la même façon, ces mêmes spécialistes conseillent de rompre le jeûne en douceur, en réintégrant d’abord les aliments les plus sains et faciles à digérer. Sachez que les premiers jours de jeûne sont difficiles et qu’il est fréquent de souffrir alors de maux de tête et même de diarrhées, conséquences possibles de la libération de toxines. Une fois ces mauvais moments passés, le jeûne devrait vous apporter beaucoup, à conditions toutefois de ne pas le pratiquer trop longtemps, au risque que celui-ci n’affaiblisse vos muscles.

Le jeûne : certains disent « non » !

Que ce soit du côté des médecins ou des particuliers, le jeûne ne fait pas l’unanimité. Certains déplorent l’effet de mode, qui ne serait en aucun cas gage d’efficacité. D’autres vont plus loin en affirmant que le jeûne est dangereux ! Pour certains spécialistes, il serait très mauvais de dérégler l’horloge biologique du corps, que nous avons habitué depuis notre naissance à manger aux mêmes moments de la journée et à dormir un certain nombre d’heures la nuit. Tout comme il n’aime pas que nous le privions de sommeil ou que nous décalions celui-ci, le corps serait très perturbé par une période de jeûne. De plus, certains prétendent qu’au lieu d’apporter un coup de fouet aux organes, notamment digestifs, le jeûne les fatiguerait en les privant de nutriments nécessaires à leur fonctionnement. Bouleversement salutaire ou non, chacun se fera son opinion. Sachez néanmoins que des remous sont souvent à prévoir, qu’ils soient d’ordre physique ou émotionnel.

Alors, pour ne pas que votre jeûne se transforme en torture, écoutez votre corps et ses limites !